Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Emeutes urbaines : affrontements avec la police à Trappes dans les Yvelines

Sept personnes ont été interpellées samedi soir à Trappes (Yvelines) à l'issue d'affrontements opposant une trentaine de « Jeûnes » armés de bâtons à des policiers, a-t-on appris dimanche de source policière. Une patrouille a croisé vers 22H30 une trentaine d’individus square Maurice Thorez quand ces derniers s'en sont pris aux policiers. Les forces de l'ordre ont dû effectuer plusieurs tirs de flash-balls (armes tirant des balles en caoutchouc) pour se dégager et ont pu interpeller sept personnes. Celles-ci ont été placées en garde à vue au commissariat de la ville.

Aucun policier n'a été blessé. « Nous ne savons pas si ces jeunes voulaient en découdre avec la police ou s'ils projetaient de se battre avec une bande rivale », a indiqué une source proche de l'enquête. Par ailleurs, cinq voitures et trois conteneurs à poubelles ont été incendiés dans la nuit dans le département.

Par ailleurs, six jeunes majeurs du quartier du Vert-Bois à Saint-Dizier (Haute-Marne) ont été écroués au cours de la nuit de vendredi à samedi après avoir été mis en examen pour, notamment, incendie en bande organisée, apprend-on de source policière. Dans le même cadre, un mineur a été placé dans un centre éducatif fermé. Enfin, quelques uns des 15 individus interpellés en début de semaine ont le statut de témoin assisté pour l'instant. Le soir du 4 octobre, une vague de violences avait secoué le quartier difficile du Vert-Bois : une trentaine de voyous des cités avait mis le feu à trois bâtiments, dont la MJC , incendié ou endommagé 41 voitures. Trois pompiers et un policier avaient été légèrement blessés.

Tous les fauteurs de troubles étaient déjà connus des services de police. Mardi matin, quelque 120 policiers avaient interpellé 15 individus. Les causes des incidents sont probablement liées au maintien en détention, le jour même, d'un jeune voyou de la cité poursuivi pour violences sur un policier, faits commis quelques jours auparavant. Une vingtaine de témoins, dont 14 sous l'anonymat, a permis de faire avancer l'enquête rapidement.

Les commentaires sont fermés.