Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 février 2008

Les communautaristes et les élections municipales

 

Source : Identita Nostra

Comme il fallait s’y attendre, les communautaristes seront présents en masse lors des prochaines élections municipales.

Contrairement à ce que l’on pourrait légitimement croire, les communautaristes, excepté quelques rares cas, joueront la carte de l’entrisme plutôt que de faire des listes 100% communautaires.

En pratiquant ouvertement la carte de l’entrisme, les communautaristes arrivent à mettre tout le monde d’accord. D’une part les communautaristes eux-mêmes qui arrivent à glaner quelques mandats dans les conseils municipaux, d’autre part les partis du système qui en acceptant des communautaristes sur leurs listes éviteront ainsi de se faire taxer de « racisme » par l’adversaire d’en face ; c’est surtout tout bénéfice pour l’UMP qui apparaît ainsi comme plus « ouverte » aux yeux de certains immigrationnistes. Pour en rester à l’UMP, il ne faut pas non plus écarter l’idée que Nicolas Sarkozy impose aux candidats de son parti de mettre un peu de « diversité » sur leurs listes. Ainsi, la communautariste africaine Rama Yade a vraisemblablement été imposée par Sarkozy à la mairesse-candidate UMP Nicole Goueta qui se présente à Colombes.

Avoir des candidats de la « diversité » est devenu une sorte d’obligation morale pour l’UMPS, rares sont les listes UMPS ne comportant pas de candidats communautaristes. Et attention à ceux qui présenteront des listes sans allogènes : ils risquent d’être taxés de « racisme » par l’association extrémiste communautariste CRAN qui s’est donnée pour mission lors de ces élections municipales de stigmatiser les listes qui seront « un peu trop blanches » à ses yeux.

Il y a encore une dizaine d’année, la gauche socialo-communiste était en pointe en ce qui concernait la promotion de candidats issus de l’immigration extra-européenne (Kofi Yamgnane, Harlem Désir etc…). Aujourd’hui, c’est incontestablement l’UMP qui est la championne de la « diversité ». Preuve du fort degré de « modernité » de l’UMP en la matière : sa stratégie électorale en Seine-Saint-Denis.

Depuis toujours, la Seine-Saint -Denis est un département ancré solidement à gauche voir même à l’extrême-gauche. Sur la thématique sociale, l’UMP aux yeux de l’électorat local apparaît comme trop bourgeoise, trop conservatrice et trop libérale. L’UMP a parfaitement compris qu’elle ne pouvait pas gagner sur le plan des idées sociales en Seine-Saint-Denis. En revanche, l’UMP peut glaner des voix sur d’autres thématiques et notamment celle concernant le domaine culturel avec une meilleure reconnaissance de l’islam et de la diversité ethnique. A défaut de présenter des candidats ressemblant socialement aux habitants du « 9.3 », l’UMP a décidé de présenter des candidats ressemblant culturellement à la population locale.

De ce fait, l’UMP a décidé de présenter pour les prochaines élections municipales, de nombreuses têtes de liste d’origine extra-européenne. Ainsi, Fayçal Menia représentera le parti de Nicolas Sarkozy à Aubervilliers, Leïla Bouzidi sera candidate UMP/Nouveau Centre à Bobigny, Kamel Hamza candidat UMP à La Courneuve , Kader Edjelali candidat UMP à Stains et Aminata Konaté sera candidate UMP à Montreuil.

C’est donc bien l’entrisme qui sera pratiqué par les communautaristes lors de élections municipales.

Écrire un commentaire